Informations de contact :

  • White Twitter Icon
  • White Facebook Icon

Au Sénat : Palais du Luxembourg - 15 rue de Vaugirard - 75006 PARIS |  Tel : 01.42.34.15.04

A la permanence : 4 rue Manuel, 85000 LA ROCHE-SUR-YON |  Tel: 02.51.09.95.25

Baisse du nombre de parlementaires : les territoires ruraux ne doivent pas être abandonnés.

27 Jun 2018

 

 

 

Le projet de réforme du gouvernement prévoit une baisse de 30% du nombre de parlementaires.

 

Aujourd’hui, il y a 577 députés à l’Assemblée nationale et 348 sénateurs au Sénat. Avec 1 député pour 114 000 habitants, la France se situe exactement au niveau de ses voisins de même taille.

 

Avec un tiers d’élus en moins, le ratio sera de 1 député pour 171500 habitants ce qui n’a pas d’équivalent au sein des démocraties européennes.

 

Depuis le début de la Vème République, le nombre de parlementaires a crû moins vite que la population française ; + 40% pour les députés, + 62 % pour la population.

 

La concomitance de la baisse d’un tiers du nombre d’élus et de l’introduction d’une dose de proportionnelle va conduire à diviser le nombre de circonscriptions par deux.

 

Avec la réforme, une trentaine de départements n’aurait plus qu’un seul député et une quarantaine, un seul sénateur. La moitié des départements ne serait représentée que par 70 députés, quand l’autre moitié en compterait 274, renforçant une fois de plus l'idée d'une France à deux vitesses.

 

La baisse du nombre de parlementaires, si des modifications ne sont pas prévues, entraînera une représentation très faible des territoires les moins peuplés avec le risque d’accroître la fracture territoriale et la crise démocratique. En effet, un seul parlementaire pour tout un département ne parviendra pas à assurer une présence de proximité, renforçant par là le sentiment d’éloignement.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Mon activité de Sénateur en chiffes : 

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Icône sociale
  • Icône sociale YouTube

Didier MANDELLI

Sénateur de la Vendée

:© Alexandre LAMOUREUX